calendrier

Deuxième tableau : La diversification de l’offre scolaire entre Humains et Reformes XVIème .

 

Idée générale : Ce tableau vise à montrer comment sous l’influence successive de l’Humanisme puis des conflits religieux se forme un tissu de collèges empruntant à un même modèle mais de formes différentes alors que subsistent des « petites écoles », vestiges su Moyen-Age.

Le plein essor de l’humanise : 1450. Jusqu’au la guerre de religions. L’humanisme a imprégné la société du 16ème.

Définition humanisme : ?? courant de pensée, manière d’être c’est un mouvement de la société , de la culture, qu’on associe plus généralement aux arts et qui est traversé par une pensée nouvelle, en rupture avec le MA qui va chercher dans l’antiquité des modèles nouveaux, un nouveau modèle de l’homme : l’homme n’est plus une créature misérable, l’homme est une créature parfaite, capable du bien. L’homme est microcosme de l’univers (De Vinci). Optimisme : grandeur de l’homme et de son âme.

Erasme de Rotterdam. Thomas More

BV visiter la production artistique de la renaissance.

Tableau Raphael.

Peinture de la renaissance : perspective

Erasme épure la langue latine : redonné de la pureté à la langue latine enseigné. On retrouve plus d’auteurs : exemple Cicéron.

Les frères vont : Organiser et structuré le cursus des jeunes en succession de classes. Chaque classe a son propre maître, sa propre salle et son programme. = à l’origine de notre système scolaire annuelle.

Education religieuse et morale qui est indissociable à la grammaire. « Utile non seulement pour perfectionner le langage des enfants, mais aussi pour diriger leur vie ».Erasme

Les administrateurs du collège de Montaigu (parisien) qui enseigne les arts. On fait venir un ancien élève des frères de la vie commune. Et il va organiser pédagogiquement le collège sur le modèle de la vie commune : en classes qui vont devenir le modèle parisien puis le modèle se diffuse aux écoles urbaines : les villes l’adaptent à leurs propres ressources et besoins.

Permet aux jeunes de la ville d’avoir un meilleur enseignement comme à Paris et limite les frais pas de déplacement à Paris.

On va chercher es maitres à Paris/pays bas ou des maitres qui se proposent pour enseigner dans les villes. Les écoles vont devenir des villes qui vont copier le modèle parisien.

Exemple : ville de Lyon : 1540 : Contrat d’engagement de Barthélémy Aneau comme recteur des écoles. Présentation d’une structure en 4 classes. Le modèle n’est pas tout de suite totalement stable.

Essor global de l’école harmonieux sous l’humanisme. Mais il y a quelques revers du a un conflit religieux majeur.

2) les reformes et l’éducation

Trafic des indulgences : racheter ses péchés moyennant un don en argent. Réduire la pratique religieuse à un trafic est intolérable. Luther écrit 95 propositions qu’il affiche le jour de la toussaint qui énonce ce qui pense être et ne pas être le dogme chrétien. « J’ai la foi » la justification par la foi. Encore faut-il que l’on puisse acquérir cette foi. Seules les écritures, le texte sacré peut permettre à un fidèle d’acquérir la foi pour accéder au paradis et l’enfer. Tout le monde en est obséder. Rapport direct aux écritures. Et sarcedos universelle (tout le monde peut être prêtre) : mais il faut que tout le monde sache lire. Donc Luther traduction de la bible en allemand : nécessité de rendre la bible accessible. Incité les gens à aller à l’école et donc ouvrir des écoles = essor de la scolarisation protestante. (Écoles, collèges et académies) Massification de l’école.

Luther nord de l’Allemagne.

Puis se diffuse jusqu’à Genève : Calvin : adapte les thèses de Luther.

L’Eglise catholique ne peut pas rester inerte et en 1545 se réunit le concile de Trente, pendant 18 ans. Peur du protestantisme car révoque le rôle des prêtres. Donc les catholiques ripostent. Les prêtres ne vont pas car ils sont mal instruit : réaffirmer les prêtres et leurs rôles : il est centrale : le prêtre est l’éducateur chrétien de la société : création de lieux de formations pour les prêtres : séminaires.

(Quels liens pouvez-vous faire entre les fondements de la doctrine catholique ou protestante et l’essor des écoles à la fin du 16ème et 17ème ?)

Mais les séminaires vont pas se diffuser mais ce sont les collèges qui vont remplir ce rôle de formation et notamment les collèges jésuites. Ordre fondé en 1540 par Ignace de Loyola. Fondateur du plus grand ordre enseignent du monde (crise mystique) par tous seule pour délivré le tombeau du christ. Vœux de Montmartre en 1534 dédié sa vie au christ, fondement la congrégation qui seras celle des jésuite : pauvreté/ chasteté/obéissance.

On étudie le collège, qui vont se développer sous un type d’influence :  les collèges universitaire : devient un modèle d’enseignement. Dissociation entre les établissements de type collège et les petites écoles.

L’exemple de lyon : gros collège qui ne seras jamais une universitaire mais sera un gros collège pris en charge par les jésuites. Dénonmination des classes qui va rester encore aujourd’hui la structure demeure mais c’est les matières enseigné qui vont changer car au 19ème : plus de différentes population a l’école donc divers choix d’enseignement.

Demander par les protestants : une plus grande massification de l’offre scolaire car il faut apprendre aux jeunes chrétiens à lire et écrire pour avoir accès aux textes. Les protestants ont donc stimulé l’enseignement.

Les catholiques ne reste pas sans rien faire : concil de trente : réaffirmation du rôle du prêtres et pense à la création de lieux de formations pour les prêtres : séminaire mais pris en charge par les collèges jésuites.

Il y a une partition des écoles : que ce soit les petites écoles ou les collèges secondaires / univ. Entre catholiques et protestants.

Les bases de l’enseignement est double : base commune : humanisme enseigné les lettres : choix d’auteurs différents selon catholiques ou protestants. On pourrait encore parler de collège humanisme car les mêmes fonds d’enseignement.

Mais différenciation car éducation religieuse selon protestantisme ou catholicisme / confessionnalisation des collèges : car certains collège dominé par catho ou par protestant.

Les écoles urbaines sont beaucoup moins marquées par l’orientation religieuse.

Deuxième tableau : La diversification de l’offre scolaire entre Humains et Reformes XVIème .

 

Idée générale : Ce tableau vise à montrer comment sous l’influence successive de l’Humanisme puis des conflits religieux se forme un tissu de collèges empruntant à un même modèle mais de formes différentes alors que subsistent des « petites écoles », vestiges su Moyen-Age.

Le plein essor de l’humanise : 1450. Jusqu’au la guerre de religions. L’humanisme a imprégné la société du 16ème.

Définition humanisme : ?? courant de pensée, manière d’être c’est un mouvement de la société , de la culture, qu’on associe plus généralement aux arts et qui est traversé par une pensée nouvelle, en rupture avec le MA qui va chercher dans l’antiquité des modèles nouveaux, un nouveau modèle de l’homme : l’homme n’est plus une créature misérable, l’homme est une créature parfaite, capable du bien. L’homme est microcosme de l’univers (De Vinci). Optimisme : grandeur de l’homme et de son âme.

Erasme de Rotterdam. Thomas More

BV visiter la production artistique de la renaissance.

Tableau Raphael.

Peinture de la renaissance : perspective

Erasme épure la langue latine : redonné de la pureté à la langue latine enseigné. On retrouve plus d’auteurs : exemple Cicéron.

Les frères vont : Organiser et structuré le cursus des jeunes en succession de classes. Chaque classe a son propre maître, sa propre salle et son programme. = à l’origine de notre système scolaire annuelle.

Education religieuse et morale qui est indissociable à la grammaire. « Utile non seulement pour perfectionner le langage des enfants, mais aussi pour diriger leur vie ».Erasme

Les administrateurs du collège de Montaigu (parisien) qui enseigne les arts. On fait venir un ancien élève des frères de la vie commune. Et il va organiser pédagogiquement le collège sur le modèle de la vie commune : en classes qui vont devenir le modèle parisien puis le modèle se diffuse aux écoles urbaines : les villes l’adaptent à leurs propres ressources et besoins.

Permet aux jeunes de la ville d’avoir un meilleur enseignement comme à Paris et limite les frais pas de déplacement à Paris.

On va chercher es maitres à Paris/pays bas ou des maitres qui se proposent pour enseigner dans les villes. Les écoles vont devenir des villes qui vont copier le modèle parisien.

Exemple : ville de Lyon : 1540 : Contrat d’engagement de Barthélémy Aneau comme recteur des écoles. Présentation d’une structure en 4 classes. Le modèle n’est pas tout de suite totalement stable.

Essor global de l’école harmonieux sous l’humanisme. Mais il y a quelques revers du a un conflit religieux majeur.

2) les reformes et l’éducation

Trafic des indulgences : racheter ses péchés moyennant un don en argent. Réduire la pratique religieuse à un trafic est intolérable. Luther écrit 95 propositions qu’il affiche le jour de la toussaint qui énonce ce qui pense être et ne pas être le dogme chrétien. « J’ai la foi » la justification par la foi. Encore faut-il que l’on puisse acquérir cette foi. Seules les écritures, le texte sacré peut permettre à un fidèle d’acquérir la foi pour accéder au paradis et l’enfer. Tout le monde en est obséder. Rapport direct aux écritures. Et sarcedos universelle (tout le monde peut être prêtre) : mais il faut que tout le monde sache lire. Donc Luther traduction de la bible en allemand : nécessité de rendre la bible accessible. Incité les gens à aller à l’école et donc ouvrir des écoles = essor de la scolarisation protestante. (Écoles, collèges et académies) Massification de l’école.

Luther nord de l’Allemagne.

Puis se diffuse jusqu’à Genève : Calvin : adapte les thèses de Luther.

L’Eglise catholique ne peut pas rester inerte et en 1545 se réunit le concile de Trente, pendant 18 ans. Peur du protestantisme car révoque le rôle des prêtres. Donc les catholiques ripostent. Les prêtres ne vont pas car ils sont mal instruit : réaffirmer les prêtres et leurs rôles : il est centrale : le prêtre est l’éducateur chrétien de la société : création de lieux de formations pour les prêtres : séminaires.

(Quels liens pouvez-vous faire entre les fondements de la doctrine catholique ou protestante et l’essor des écoles à la fin du 16ème et 17ème ?)

Mais les séminaires vont pas se diffuser mais ce sont les collèges qui vont remplir ce rôle de formation et notamment les collèges jésuites. Ordre fondé en 1540 par Ignace de Loyola. Fondateur du plus grand ordre enseignent du monde (crise mystique) par tous seule pour délivré le tombeau du christ. Vœux de Montmartre en 1534 dédié sa vie au christ, fondement la congrégation qui seras celle des jésuite : pauvreté/ chasteté/obéissance.

On étudie le collège, qui vont se développer sous un type d’influence :  les collèges universitaire : devient un modèle d’enseignement. Dissociation entre les établissements de type collège et les petites écoles.

L’exemple de lyon : gros collège qui ne seras jamais une universitaire mais sera un gros collège pris en charge par les jésuites. Dénonmination des classes qui va rester encore aujourd’hui la structure demeure mais c’est les matières enseigné qui vont changer car au 19ème : plus de différentes population a l’école donc divers choix d’enseignement.

Demander par les protestants : une plus grande massification de l’offre scolaire car il faut apprendre aux jeunes chrétiens à lire et écrire pour avoir accès aux textes. Les protestants ont donc stimulé l’enseignement.

Les catholiques ne reste pas sans rien faire : concil de trente : réaffirmation du rôle du prêtres et pense à la création de lieux de formations pour les prêtres : séminaire mais pris en charge par les collèges jésuites.

Il y a une partition des écoles : que ce soit les petites écoles ou les collèges secondaires / univ. Entre catholiques et protestants.

Les bases de l’enseignement est double : base commune : humanisme enseigné les lettres : choix d’auteurs différents selon catholiques ou protestants. On pourrait encore parler de collège humanisme car les mêmes fonds d’enseignement.

Mais différenciation car éducation religieuse selon protestantisme ou catholicisme / confessionnalisation des collèges : car certains collège dominé par catho ou par protestant.

Les écoles urbaines sont beaucoup moins marquées par l’orientation religieuse.