Décembre au jardin…

En décembre

Au potager

1 – Protégez le pied des choux par de la paille ⇒ Le collet (limite entre les racines et la tige) est sensible au gel.

2 – Si vous conservez certains légumes en silo, surveillez-le régulièrement afin d’éviter un éventuel début de pourriture qui se propage rapidement une fois installée Il sera à découvrir en cas de beau temps.

3 – Posez des protections (tunnels, cloches,…) sur les plantes condimentaires comme le persil, l’estragon… Pour continuer la cueillette jusqu’aux grandes gelées.

4 – Supprimez toutes les herbes indésirables qui poussent sous les tablettes de culture ou dans les recoins de la serre Elles peuvent abriter des parasites( limaces…) et augmentent les risques de pourriture due aux champignons.

5 – Épandez sans excès, si vous en avez la possibilité, de la cendre de bois sur les parcelles concernées Vous apporterez ainsi de la potasse et des oligoéléments au sol.

Au verger

1 – Nettoyez la base des arbres Enlevez le reste de feuilles mortes et ramassez tous les débris de récolte afin d’éviter la propagation de maladie. Travaillez ensuite superficiellement le sol à leur pied puis fertilisez.

2 – Enlevez les fruits momifiés restés sur les arbres comme ceux tombés Ce sont des foyers d’infection importants. Nota : Les oiseaux insectivores tels que la mésange, sitelle et rouge-queue sont de précieux auxiliaires dans un verger, installez-y donc des nichoirs.

3 – Éliminez les lichens et mousses sur les écorces (utilisez une brosse en paille de riz ou en plastique dur) Ils abritent entre autre des œufs de pucerons, larves de carpocapses, spores de champignons (moniliose, tavelure…)

4 – Fertilisez les framboisiers Apportez du compost au pied, ce qui enrichit le terrain en humus, favorise la vie des micro-organismes et des vers de terre ce qui et bénéfique à leur développement.

5 – Veillez à bien tutorer ou haubaner les jeunes sujets Afin d’éviter qu’ils ne se couchent sous l’effet du vent.

En agrément

1 – Protégez les plants les plus fragiles sous un voile d’hivernage non tissé et, si possible, en double épaisseur afin qu’il soit plus efficace ⇒ Il peut rester en place plus longtemps car la pluie , l’air et la lumière y pénètrent, donc pas de risque de condensation.

2 – Vérifier que le pourridié ne soit pas installé dans les massifs de terre de bruyère C’est un champignon qui forme un mycélium blanc dont l’aspect est très reconnaissable.

3 – Protégez les pointes de bulbes qui se hasardent hors de terre Recouvrez-les de feuilles ou de tourbe.

4 – Taillez les haies libres de feuillus, branche par branche, avec un sécateur. Coupez les plus grosses à la base ou au-dessus d’une fourche avec une scie à élaguer.Cela permet de renouveler les touffes de noisetier, cornouiller, forsythia ou lilas Il est important de conserver la forme naturelle de chaque arbre ou arbuste tout en respectant la floraison et la fructification.