Conseils et astuces

1 mars 2016

 

La rotation des cultures

La succession de cultures aux exigences différentes sur une même parcelle constitue la rotation. Cultiver toujours la même plante au même endroit déséquilibre et épuise le sol en certains éléments, favorise les parasites, les mauvaises herbes et les maladies propres à chaque plante

Classer les légumes
La rotation des cultures
Ils peuvent être classés en quatre catégories aux besoins nutritifs spécifiques

A – les légumes graines
ils ont tendance à fixer l’azote dans le sol.
Fabacées : fève, féverole, haricot, lentille, pois, soja, trèfle …
Poacées : blé, maïs …

B – les légumes feuilles
ils exigent beaucoup d’azote.
Astéracées : artichaut, laitue, endive, salsifis, chicorée, topinambour, scorsonère, estragon …
Brassicacées : chou, chou-fleur, brocoli, navet, radis, roquette, rutabaga, moutarde …
Chénopodiacées : bette (poirée), betterave, épinard, arroche …

C – les légumes racines:
ils s’enracinent profondément dans le sol pour aller chercher leurs nutriments.
Apiacées : carotte, radis, panais, céleri, aneth, cerfeuil, fenouil, persil …
Liliacées : ail, échalote, asperge, oignon, poireau …

D – les légumes fruits
ils nécessitent un sol riche car ils sont gourmands
Cucurbitacées : courge, courgette, concombre, cornichon, melon, potiron, citrouille …
Solanacées : tomate, pomme de terre, aubergine, piment, poivron, physalis …

Infos utiles :
Certaines cultures sont «salissantes», elles se laissent facilement envahir par les herbes indésirables, comme la carotte. D’autres sont «nettoyantes» : la courge pour son développement important, la pomme de terre pour ses travaux de buttage et le seigle et le sarrasin pour les substances inhibitrices que leurs racines sécrètent. La rotation des cultures consiste aussi à alterner cultures salissantes et nettoyantes.

Attention aux Saints de glace

Les 11, 12 et 13 mai de chaque année sont fêtés les saints de glace d’une année sur l’autre, les saints de glace sont fixes, contrairement aux idées reçues.

D’après les croyances populaires, le saint Mamert, Pancrace et Servais sont implorés par les agriculteurs pour éviter l’effet sur les plantations d’une baisse de la température qui s’observe à cette période et qui peut amener une période de gel.
Une fois ces dates passées, la tradition considère que les jardiniers n’ont plus à craindre les gelées. En 1960, l’Eglise a remplacé les saints associés aux inquiétudes jardinières par d’autres qui n’ont plus aucun lien avec ces croyances.

Le compostage au jardin

Résumé de la Formation du 24 Septembre 2016 au Centre de Formation Agricole de Montravel à Villars
Formation organisée par La Maison de l’Eau et de l’Environnement.
Formateur : Guillaume Jaffres

Que peut-on composter ?
TOUT SE COMPOST (ou presque tout)
Pour un bon compost, nous avons 2 catégories de déchets
1 – Les déchets humides (apport d’azote)
Les déchets alimentaires => restes de table / épluchures / agrumes * / surplus de récolte du jardin etc…
Les déchets verts => tonte de la pelouse / taillage de haie (thuya & laurier broyés) / mauvaises herbes du potager / marc de café, thé avec sachet & étiquette (sauf étiquette plastique) etc…

*Attention aux agrumes ce sont les fruits des végétaux, on trouve les citrons, les clémentines, les kumquats, les bergamotes, les limes, les mandarines, les oranges, les pamplemousses, les pomelos et les tangerines ==> en petite quantité car les vers n’aiment pas l’acidité

2 – Les déchets secs (apport de carbone)
Les déchets issus du bois => Branches (pas trop grosses) / sciure / copeaux /feuilles mortes /
cartons (coupés en morceaux) / papiers (éviter le papier journal, l’encre peut
contenir des produits toxiques, plomb etc. )

Quand démarrer son compost ?
Quand vous voulez … du moment que vous avez des déchets..

Comment organiser le tas de compost ?
– Dédier un coin de votre jardin à la fabrication du compost (pas trop près des habitations)
1M de coté pour un potager d’environ 200M²
– Commencer par des déchets de branchages pour la base du tas de compost et qui permettras d’aérer et de laisser couler l’eau issue du compost

Combien de temps pour avoir du compost à utiliser ?
Le processus est … Fermentation … puis Maturation
Suivant la grosseur des déchets, le type de déchets et la quantité de déchets … jusqu’à 1 an
(à condition qu’il soit bien aérer et mélanger)

Comment organiser les déchets ?
– Faire des couches de déchets secs et humides au fur et à mesure qu’ils arrivent
– Alterner les couches de déchets humides et de déchets secs
– Si votre compost semble sec, arrosez le
– Si votre compost semble trop humide / collant ajoutez plus de déchets sec ou du carton coupé en morceaux
– ET surtout le retourner pour l’aérer Il faut toujours qu’il y ait de l’OXYGENE

Dès lors que vous avez un bon tas en voie de décomposition avec plein de « bestioles »
N’Y AJOUTER PLUS RIEN .. Laissez faire les bestioles, les vers etc… C’est eux qui font le boulot !
De temps en temps, aérer et retourner, Mais n’ajouter rien

Vous avez encore des déchets, eh bien!… recommencez un autre tas à proximité

Soignez les tomates

Pour assure une belle récolte de fruits, il est indispensable d’apporter aux pieds des plants de tomates quelques soins simples.

  • Si ce n’est pas déjà fait, paillez généreusement les pieds, sur un sol propre, les tontes de gazon, paille ou herbes sèches. Ainsi, les indésirables ne se développeront pas et le sol gardera sa fraîcheur.
  • Pulvérisez de la bouillie bordelaise sur les feuilles des tomates afin de prévenir toute attaque de Mildiou. Traitez un fois en mai et une fois en juin.
  • Continuez le palissage des tiges sur le tuteur, vous éviterez quelles se penchent ou même cassent sous le poids des fruits. Mais ne serrez pas trop pour permettre au plant de grossir.
  • Eliminez régulièrement toutes les jeunes pousses qui naissent au point d’attache des feuilles sur toutes les tiges conservées.
  • Les arrosages réguliers en cette période seront toujours faits en ne mouillant pas le feuillage, pour éviter tout développement de maladie cryptogamiques.
  • Régulierement, lors des arrosages, utilisez le purin d’ortie, engrais efficace qui stimule la croissance des plantes pour les rendre plus résistantes aux maladies et aux parasites. (toujours au pied du plant).  c’est un excellent insecticide de contact contre les pucerons et les acariens.

Dicton de Juin

En Juin trop de pluie, et le grenier vide s’ennuie

Escargots et Limaces

La méthode écologique consiste à les tenir éloignés en s’appuyant sur le fait que les rampants n’apprécient pas de se déplacer sur des surfaces rugueuses. En effet, elles déshydratent leurs pellicules de mucus sur lesquelles ils se déplacent.

La méthode consiste de déposer autour des plants que l’on souhaitent protégés des éléments qui leurs feront rebrousser chemin.

* La cendre de bois

* La sciure de bois

* Des coquilles d’œufs émiettées

Certaines scieries mettent les déchets de bois à disposition, vous pouvez alors récupérer de la sciure de bois gratuitement

Association des plantes

L’association de plantes, cela vous dit quelque chose ? Voici un fichier pdf qui recense presque toutes les associations des plantes les plus courantes (des heures de recherches, de compilations, de travail…). C’est par ici > assoc_plantes

Fonte des semis

Maladie causée pas divers champignons microscopiques présents dans le sol ou les graines et affectant les racines ou le collet* des plantules. De nombreuses plantes peuvent être concernées : brassicacées (chou, giroflée, moutarde, radis,…), cucurbitacées (concombres, melons, courges, potirons,…), solanacées (tomates, aubergines, poivrons, pommes de terre,…), salades diverses, haricots, etc. Les champignons, qui peuvent persister de longues années dans le sol, développent des filaments à l’intérieur comme à l’extérieur des plantes hôtes au moment de la germination.

 

Dégâts : destruction parfois très importante des jeunes plantes par taches (foyers d’infestation).

Prévention :

  • au potager, respecter une rotation.
  • Semer dans des conditions de température et d’humidité favorables
  • Semer dans un mélange comportant 20% de terreau maison
  • Ajouter au substrat de semis, à volonté, du charbon de bois réduit en poudre
  • Éviter tout excès d’humidité dans les semis

Lutte directe :

Éviter de composter les plantes attaquées, afin de ne pas « recycler » les spores de champignons pathogènes

 

Moyen de lutte :

1 – Prêle :

Plante sans fleur commune dans les champs et au bord des chemins en sol humide. Sa haute teneur en silice, composé protecteur, la destine à la lutte contre les maladies des plantes (cloque du pêcher, mildiou, oïdium, pourriture grise, tavelure,…). On trouve de l’extrait de prêle chez les spécialistes du jardinage bio.

Utilisations

  • Contre les maladies cryptogamiques (causées par un champignon) du sol, fonte des semis par exemple, pulvériser sur le sol
  • Protection des plantes : traiter toutes les deux semaines

Préparation de la décoction : faire tremper 1 kg de plante fraîche ou 150g de plante sèche dans 10 litres d’eau pendant 24h, puis faire bouillir pendant 20mn. En pulvérisation, diluer 0,5 litre dans 10 litres d’eau.

2 – Charbon de bois :

Le charbon de bois, de par sa structure finement poreuse, est doté de propriétés absorbantes : il est capable de fixer, et donc de bloquer, certains micro-organismes et substances chimiques. Il peut se révéler utile contre les champignons du sol responsables de la fonte des semis.

Mode d’emploi : pulvériser finement du charbon de bois et l’incorporer aux substrats de semis à raison d’environ 15g/kg de terre ou 1,5 kg/m²

 

*point de jonction entre les racines et la tige, situé en général au niveau du sol